Mieux vivre notre ville n°1


Romainville à vivre, la liste du rassemblement de la gauche écologiste et solidaire pour les municipales 2020, propose pour notre ville un projet valorisant les biens communs, l’honnêteté politique, la justice sociale et environnementale. Pour le premier numéro de notre lettre d’information, nous vous parlons des choses qui fâchent… ou plutôt d’une chose qui nous fâche, et très fort : la tour maraîchère !
Nous vous souhaitons une bonne lecture !

 


Parlons des choses qui fâchent : La tour maraîchère, TRÈS CHÈRE !


Ce projet, porté à bout de bras par Mme la Maire en personne afin de faire de Romainville une vitrine de « bulle de vente » d’appartements, va mettre à mal les futurs budgets municipaux pendant des années.

Entre greenwashing, socialwashing et artwashing, l’équipe municipale majoritaire nous a toujours donné à voir, rêver, pleurer des projets ubuesques. Vous voulez des exemples ?

  • la collecte pneumatique, au coût hyper élevé et qui engendre des dépôts sauvages supplémentaires (eh oui, difficile de rentrer de gros sacs poubelles dans les tuyaux) ;
  • la Fondation Fiminco (dont il est à noter que même les artistes ne souhaitent pas y rester) ;
  • le « village des marques », où les vigiles sont plus nombreux que les consommateurs ;
  • la base de loisirs polluée et destructrice des espèces protégées, à l’heure d’une énième vague d’extinction du vivant…
Mais là, ce qui nous occupe, c’est la tour maraîchère.
Est-ce que ce projet répond à une demande des habitants de Romainville : NON !
Est-ce que ce projet répond à une urgence pour notre ville : NON !
Est-ce que ce projet améliore la vie et le quotidien des habitants du quartier dans lequel il est implanté : NON !
Depuis l’émergence de ce projet, déjà obsolète avant même d’être sorti de terre, nous étions CONTRE.
Pourquoi ?
  • Parce que le bilan carbone de la construction-exploitation de cette tour de verre et d’acier pose question.
  • Parce que peu de Romainvillois auront accès aux légumes produits.
  • Parce que ce n’est pas à une municipalité fragilisée comme la nôtre d’investir dans des expériences entrepreneuriales à risques.
  • Parce que cela devait être une opération « blanche » financièrement, c’est-à-dire qu’elle ne devait rien coûter aux habitants, ce qui est loin d’être le cas.
  • Parce que geler un budget de 98 400 € par an pour 2 postes de direction, ça fait un peu chérot.
  • Parce que, au minimum, en plus de ce montant des salaires pour 2 postes, il faudra ajouter 600 000 € par an de frais d’exploitation !
Tout cela pèse énormément sur notre budget, sans que cela corresponde aux réels  besoins des habitants.
C’est tout de même 700 000 euros/an pour faire pousser des salades !!!
700 000 euros qui pourraient servir à financer des postes d’éducateurs et animateurs dans nos quartiers, à assurer une restauration scolaire de qualité, à créer une crèche multi-accueil, une maison de la jeunesse et de la culture, à financer un bus des services publics itinérant pour garantir l’accès aux droits à tous les Romainvillois….
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *